SIGNET

Le Costume de Fantômette

 

Dans le roman fondateur de la saga de Fantômette, "Les Exploits de Fantômette", Georges Chaulet ne décrit que très succinctement le costume de l'héroïne. Il parle d'un costume de soie, d'un masque, d'une cape noire, et c'est tout !

On devine d'ailleurs derrière cette description la parenté littéraire entre Fantômette et Arsène Lupin, dont le vêtement fétiche est également une cape.

C'est donc à la première illustratrice choisie par les Éditions Hachette, Jeanne Hives, de faire un véritable travail de création pour donner à Fantômette une identité graphique reconnaissable. Elle décide de doubler la cape noire de rouge et de donner à l'héroïne des ballerines rouges également. Fantômette porte un loup noir dont les extrémités pointues dépassent de chaque côté de son visage, et un bonnet noir, souple et pointu, orné d'un pompon au bout et doublé d'un bandeau autour du visage qui descend pour couvrir les oreilles. 

(Tiré de "Fantômette et le Trésor du Pharaon", 

1ère Édition, p.64-65, par Jeanne Hives).

Certains dessins permettent de deviner que ce bonnet est maintenu par une lanière noire qui passe sous le menton de Fantômette. Enfin, un collant noir complète la tenue et donne à Fantômette la liberté de mouvement nécessaire à ses expéditions nocturnes.

Mais là où Jeanne Hives a réellement un coup de génie, c'est lorsque, contrairement à toute logique et toute idée de discrétion (alors que Fantômette est sensée ne pas être vue la nuit), elle décide de créer de toutes pièces une tunique jaune vif qui arrive à mi-cuisses, avec un col romantique pointu et en "V" sous lequel passent les extrémités de la cape pour être attachées sur la poitrine par la fameuse broche d'or en forme de "F". Les manches longues de la tunique ressemblent à celles d'un chemisier et elle est serrée à la taille par un ceinturon dans lequel Fantômette peut glisser son poignard. C'est évidemment cette pièce de vêtement qui marquera les esprits et qui sera reprise par l'ensemble des illustrateurs de Fantômette, jusqu'à aujourd'hui.

 

(Tiré de la Couverture de "Fantômette au Carnaval", 

1ère Édition, par Jeanne Hives).

(Tiré de la Couverture de "Les Carnets de Fantômette", 

2ème Édition, par Josette Stéfani).

 

Le code couleur, très osé, est unique et, quoique conforme à ce que l'on attend de la tenue d'une héroïne pour la jeunesse (dynamique et joyeuse), il reste très élégant et véhicule une certaine idée de mystère et une symbolique d'adultes (noir pour la nuit, rouge pour le sang, or pour la noblesse…).

Georges Chaulet lui-même est séduit par l'idée et intègre immédiatement cette information dès la rédaction du second volume, "Fantômette contre le Hibou", où il parle d'une "élégant justaucorps de soie jaune".

À partir du 5ème volume ("Fantômette et l'Île de la Sorcière"), Jeanne Hives apporte une légère amélioration et décide de changer la couleur du col de la tunique de Fantômette. Puisque c'est la partie du costume qui encadre le visage, le col en pointe sera blanc pour rehausser les autres couleurs. Sans que Georges Chaulet ne parle de ce détail dans les textes, c'est également une constante à laquelle se tiendront tous les dessinateurs jusqu'à la dernière édition.

(Tiré de "Fantômette et l'Île de la Sorcière", 

2ème Édition, p.64-65, par Josette Stéfani).

Une fois la voie tracée par Jeanne Hives, il ne reste plus à Josette Stéfani qu'à reprendre les acquis graphiques tout en modernisant le trait pour que le visuel de Fantômette reste en phase avec l'évolution des modes.

Pourtant Josette Stéfani décide à son tour d'innover et de préciser certains détails du costume de Fantômette. Elle remplace notamment le ceinturon noir par une ceinture en cordelette tressée qui fait pendre le poignard le long de la hanche de Fantômette et lui donne ainsi une allure plus nonchalante. Mais ce qui fera de Josette Stéfani l'illustratrice fétiche des aventures de Fantômette pendant vingt ans, et surtout celle à laquelle on se réfère lorsqu'on parle de Fantômette tant elle a marqué les esprits, c'est son invention de la cagoule-bonnet à pompon noire. 

Elle crée en effet une pièce de vêtement originale et unique, qui moule la tête de Fantômette et recouvre le haut de sa poitrine et le haut du dos (alors qu'auparavant son décolleté était nu sous la tunique), et se finit par la pointe du bonnet avec le pompon désormais indispensable. 

Josette Stéfani arrondit la forme du masque aussi bien au niveau des joues que vers les tempes - il ne dépasse plus du bonnet - et on a presque l'impression qu'il fait aussi partie de la cagoule tant il s'intègre bien à l'ensemble. En fait, on peut même se demander si Fantômette ne porte pas en réalité une unique combinaison noire moulante des pieds à la tête, sur laquelle elle passe la tunique jaune et blanche puis la cape.

Fantômette a en général un masque en velours noir, mais dispose également d'un masque en soie, quand il fait chaud.

Cette version plus efficace et élégante devient la version définitive du costume de Fantômette dans ses aventures littéraires jusqu'en l'an 2000, et Georges Chaulet l'intègre complètement à ses récits, même s'il emploie un vocabulaire extrêmement varié pour désigner les différentes pièces du costume, en particulier la tunique jaune, qui devient justaucorps, maillot, blouse, pourpoint, etc…

Les illustrateurs ultérieurs, Philippe Daure et Matthieu Blanchin notamment, conserveront cette identité graphique, nonobstant quelques différences mineures comme la coloration des chaussures de Fantômette, qui varie du jaune au noir.

(Tiré de la Couverture de "Fantômette en Danger", 

5ème Édition, par Matthieu Blanchin).

(Tiré de la Couverture de "Fantômette et le Brigand", 

7ème Édition, par Caribara).

Enfin, si les illustrateurs des Bandes Dessinées restent fidèles à cette version du costume, à quelques tous petits détails près, des changements majeurs s'opèrent dans la Série Télévisée et le Dessin Animé. Ce dernier ayant servi de base aux illustrations de la 7ème édition des aventures de Fantômette à la Bibliothèque Rose, c'est une véritable révolution graphique qui s'est opérée depuis l'an 2000 et il est bien difficile aujourd'hui de reconnaître le costume d'origine :

Fantômette porte désormais des bottes-cuissardes en cuir noir, des collants noirs, un short jaune, une tunique jaune et noire, des gants rouges, une cape rouge et orange et une sorte de coiffure-cagoule à la Zorro qui masque le haut du visage et laisse passer une longue chevelure noire (Fantômette a désormais les cheveux longs). Le fameux "F" n'est plus une broche d'or fermant la cape, mais la boucle rouge de son gros ceinturon noir, et le "F" lui-même est stylisé pour former un cercle.

Le code couleur du costume de Fantômette est tellement significatif de son identité, que lorsqu'elle ne revêt pas l'uniforme de ses expéditions nocturnes, Fantômette porte néanmoins des vêtements noirs, jaunes, rouges et blancs, ou bien garde certaines pièces de son costume et les intègre dans un vêtement de ville.

Elle avoue d'ailleurs à de nombreuses reprises dans les romans que son costume est "le seul vêtement dans lequel elle se sente vraiment à l'aise", et elle le remet le plus souvent possible, y compris pour rester chez elle !

Cette règle comprend des exceptions, et quand elle va à l'école ou qu'elle est en vacances, elle s'habille normalement, comme toutes les jeunes filles de son âge (pantalon de toile blanc, chemisette bleue, etc…). En revanche, elle cache fréquemment ses boucles brunes sous un fichu et dissimule ses yeux sous des lunettes de soleil, ce qui rappelle la cagoule et le masque.

(Tiré de "Fantômette et la Lampe Merveilleuse", 

1ère Édition, p.32-33, par Jeanne Hives).

(Tiré de "Fantômette et la Dent du Diable", 

1ère Édition, p.128-129, par Jeanne Hives).

Fantômette emporte presque toujours un sac de plage, dans lequel se trouve son costume de soie, et elle se change lorsque le besoin s'en fait sentir avec une dextérité qui ferait pâlir d'envie Superman lui-même… !

Enfin, lorsque les activités de Fantômette l'exigent, et quoique son costume de soie à la fois chaud et léger s'adapte à toutes sortes de circonstances, elle porte des variantes de son costume, toujours dans les mêmes couleurs, comme dans "Fantômette et la Dent du Diable", où elle dispose d'une combinaison de ski "fantômettique" !

 

Quoi qu'il en soit, Fantômette garde toujours son masque, y compris sous une combinaison de plongée ("Opération Fantômette" et "Fantômette et le Palais sous la Mer"), en costume oriental ("Fantômette et le Secret du Désert") ou même dans son scaphandre d'astronaute ("Fantômette dans l'Espace") !

 

(Couverture de "Opération Fantômette", 

1ère Édition, par Jeanne Hives).

(Couverture de "Fantômette et le Secret du Désert", 

2ème Édition, par Josette Stéfani).

 

Fantômette possède également d'un costume d'apparat. Décrit dans "Les Carnets de Fantômette", plus précisément dans la nouvelle "L'inconnu du Five O'Clock Tea", il est entièrement blanc et noir :

"On sait qu'habituellement je porte une tunique de soie jaune et une cape rouge et noire. Mais ce soir-là, j'ai revêtu l'uniforme que je ne mets que dans les grandes occasions : un costume entièrement fait de satin blanc. Ma cape est toujours de soie, mais noire uniquement. Et l'agrafe qui sert à la maintenir est un F d'or où brille la flamme rouge d'un énorme rubis. Il me fut offert par le Prince Norberto, à qui j'eus un jour l'honneur de sauver la vie. Aux pieds, je porte des ballerines de cuir blanc très fin, et ma ceinture est une chaîne d'argent."

(voir l'apparition du Prince Norberto dans "Fantômette et son Prince").

(Tiré des "Carnets de Fantômette", 2ème Édition, p.87, par Josette Stéfani).

 

Dans son costume d'aventurière, Fantômette dispose enfin de nombreux accessoires, trucages et gadgets dissimulés dans de mystérieuses poches secrètes, qui lui permettent de mener à bien ses expéditions :

 

Les Gadgets de Fantômette

 
 

 

Ce site n'est pas un site officiel mais une page personnelle exclusivement informative, sans aucune visée commerciale.

Tous les textes cités, les images reproduites et les droits relatifs à Fantômette sont la propriété exclusive des Auteurs et des Éditions Hachette.

Les ouvrages de la série Fantômette sont soumis à la Loi n°49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

fantômette fantomette mille pompons ! millepompons georges chaulet bibliothèque bibliotheque rose verte éditions editions hachette france loisirs le livre de paris casterman jeanne hives josette stéfani stefani philippe daure matthieu blanchin caribara claire lhermey anne hofer françois francois craenhals endry caribara ellipsanime julien magnat bloody mallory chastity blade femis kelly smith 31 juin films olivier assayas pyramide production productions pierre bannier microsociétés microsocietes  l'harmattan laurence decréau décreau décréau decreau françoise francoise ficelle boulotte mephisto méphisto oeil de lynx france flash mademoiselle bigoudi commissaire pomme le masque d'argent éric eric le furet alpaga bulldozer véra vera vérabova verabova söze soze framboisy littérature livre ouvrage roman bouquin aventure bande dessinée série serie télévisée televisee dessin animé anime animation cinéma cinema film enfants adolescents jeunes jeunesse aventurière justicière héros masqué héroïne masquée