SIGNET

Ils ont écrit sur Fantômette...

 

   CÉCILE VARGAFTIG


Attention OVNI !

A déconseiller aux puristes (et aux plus jeunes) ! Cécile Vargaftig reprend Fantômette à son compte et la transpose dans une oeuvre tourmentée, semi-autobiographique et lointainement policière, où l'héroïne masquée apparaît comme une allégorie de l'enfance et du féminisme. Publié aux éditions "Au Diable Vauvert" en 2006, ce livre dévoile une vision décalée du devenir de Fantômette dans le monde fantasmagorique d'une adulte. A lire comme une curiosité.

L'auteur :

Née en 1965, scénariste pour le cinéma (Oublier Cheyenne, mars 2006), Cécile Vargaftig est l'auteur de deux romans, Frédérique (J'ai Lu Nouvelle Génération, 1994) et Laisser frémir (Julliard, 1999).

Quatrième de couverture :

"J'ai regardé une dernière fois la jeune morte inconnue puis lui ai tourné le dos pour voir qui me parlait. C'était Fantômette. Pantalon collant, cape noire, tunique jaune, bonnet et loup de carnaval. Je l'ai reconnue tout de suite. Enfant, j'avais adoré ses livres. Elle a dû le sentir, car elle me gratifia d'un sourire généreux et me répéta avec douceur : - File d'ici tout de suite."

Critique issue du site "Zone Littéraire"

En récupérant la jeune détective masquée de la Bibliothèque Rose, Cécile Vargaftig a réussi une jolie pirouette : elle est parvenue à mélanger humour, polar et poésie dans une tambouille aux parfums réjouissants.

Un lesbo-polar, vraiment ? La définition serait bien réductrice… D’amours féminines il est effectivement question, en partie du moins, mais ce serait minimiser réellement la volonté – et l’incontestable talent – de cet auteur qu’on ne connaissait pas. Car Cécile Vargaftig a plus d’une corde à sa plume. Scénariste de métier et romancière de passion, la jeune femme a un don particulier : faire fi des conventions ! En témoigne ce troisième roman, Fantômette se pacse, qui pourrait presque faire figure d’ovni dans le paysage littéraire français. A mi-chemin entre enquête policière pour ados impressionnés et pur produit de l’autofiction contemporaine, ce petit bijou de lecture réconciliera déçus de la littérature et autres blasés du bon mot et de l’originalité. A travers un style fluide et une voix familière, cette Cécile deviendrait presque LA Cécile de notre entourage propre… On suit ses aventures et on ne fait que ça, pendant quelques heures. On adhère, en somme – sans trop se poser de questions. On a même le sentiment que la romancière a tout compris : car quoi de mieux, pour transporter ses lecteurs, qu’une écriture diluée et limpide, au service même de la narration ? On oublie pour un temps les contingences matérielles, on occulte les exigences du style parfait et de la langue impénétrable, et on se laisse aller. Sans plus de résistance.

Sans compter que, affublée de son masque, Vargaftig sait où elle va : la légèreté apparente n’est-elle pas, le plus souvent, qu’un vecteur à la réflexion ? Un roman drôle et léger ne peut-il pas être considéré comme un « vrai roman » ? Derrière son loup, la romancière règle ses comptes. Avec son père, avec ses doutes. Et elle prend plaisir à raconter sa vie, comme ça, pêle-mêle, entre instants de pure fiction, morceaux de scénarii et passages de journal intime. Et puis à dire vrai, on est bien content de retrouver notre sympathique Fantômette… qui nous avait bien laissé en rade depuis son dernier opus ! En effet, qui n’est jamais tombé sur l’un des nombreux volumes de cette collection haute en couleurs ? Fantômette contre le hibou, Fantômette et l’île de la sorcière… Entre nous, n’y avait-il pas de quoi passionner les foules adolescentes ? D’autant plus que personne, à l’époque, ne semblait se rendre compte que la justicière masquée dissimulait l’une des plus discrètes féministes d’avant-garde… Peut-être est-ce pour cette raison que Vargaftig a récupéré l’héroïne de Georges Chaulet. En continuant son œuvre, quelque part, la jeune romancière se met en scène et se permet de côtoyer un double audacieux. Après tout, pourquoi n’aurait-on pas le droit de vivre soi-même des intrigues passionnantes ? Une fois l’ouvrage refermé, le sourire qu’on arbore reste quelques minutes : comme si l’on venait de lire une histoire fraîche, décomplexée, et réellement distrayante. On n’y croyait pas trop au départ, à dire la vérité : mais on doit l’admettre, Cécile Vargaftig nous a bien eu.

Julien Canaux

 

   ARMELLE LEROY et LAURENT CHOLLET


Voici enfin une anthologie de la Bibliothèque Rose et Verte ! Paru en 2005 aux éditions Hors Collection, "Les grands succès des Bibliothèques Rose et Verte" détaille pour le grand public les caractéristiques des plus célèbres séries qui ont marqué notre enfance. Loin d'avoir une vocation à l'exhaustivité, les deux auteurs nous entraînent dans une présentation plutôt bien documentée et joliment illustrée. Les fans inconditionnels resteront sur leur faim, mais il ne s'agit pas ici d'une encyclopédie ! Signalons page 57 une illustration de Laurence Moraine. Comme quoi être fan de Fantômette peut mener à la célébrité (à condition d'avoir du talent bien sûr) !!!

Préface de Georges Chaulet.

Les auteurs :

Armelle Leroy est journaliste et spécialiste de littérature pour enfants. Laurent Chollet est éditeur et historien. Ils sont les auteurs de "L"Insurrection situationniste" (Dagorno, 2000), des "Albums de ma jeunesse 40-50, 50-60, 60-70, et 70-80" (Hors collection, 2003 et 2004), des "Agendas 60 et 70" (Hors collection, 2004) et des livres anniversaires "Génération 1945, 1955 et 1965" (Hors collection, 2005).

Quatrième de couverture :

L'histoire illustrée des livres qui ont bercé votre enfance

Qui se cachent derrière les pseudonymes de Caroline Quine ou du Lieutenant X, les auteurs d' "Alice" et de "Langelot" ? Pourquoi la comtesse de Ségur a-t-elle décidé de mettre par écrit les histoires qu'elle racontait à ses petits-enfants ? Qui était l'illustrateur de "Oui-Oui" ? Comment Alfred Hitchcock est-il devenu un auteur de la Bibliothèque Verte ?

Armelle Leroy et Laurent Chollet retracent la passionnante histoire des Bibliothèque Rose et Verte. Ils reviennent en détail sur la création des deux collections, l'élaboration des scénarios, les choix des illustrateurs, l'évolution des séries ou encore sur la vie, la plupart du temps méconnue, des auteurs.

On y retrouvera les grands classiques : la comtesse de Ségur, Jules Verne, Charles Dickens, Jack London, Alexandre Dumas..., ainsi que les grandes séries, "Alice" de Caroline Quine, "Oui-Oui", "Le Club des Cinq", "Le Clan des Sept" d'Enid Blyton, "Fantômette" de Georges Chaulet, "Langelot" du Lieutenant X, "Les Six Compagnons" de Paul-Jacques Bonzon...

Riche d'illustrations, d'archives inédites et d'anecdotes insolites, ce livre nous replonge dans l'univers aventureux, magique et merveilleux des premières lectures de notre jeunesse.

 

   PIERRE BANNIER


Le seul, et l'incontournable ouvrage écrit sur Fantômette : "Les Microsociétés de la Littérature pour la Jeunesse - L'exemple de Fantômette" est publié aux Éditions l'Harmattan (2000), dans la collection "Logiques Sociales".

Il s'agit d'une étude remarquablement complète sur Fantômette, l'univers et les personnages de la série, et par extension l'oeuvre de Georges Chaulet.

Cet ouvrage est une incroyable mine d'informations qui fut abondamment mise à profit dans la conception de ce site, avec tous les remerciements de Mille Pompons ! à Monsieur Pierre Bannier.

Pierre Bannier, semi-aventurier en noir et blanc !

L'auteur :

Avocat de formation, passionné de cultures de masse et largement influencé par le propos artistique du mouvement dit "industriel", Pierre Bannier collabore depuis de nombreuses années à différents supports (presse écrite, revues, magazines, sites Internet).

Outre deux monographies consacrées à Sherlock Holmes et à Superman, on lui doit plusieurs créations radiophoniques expérimentales sur la bande FM parisienne au milieu des années 90 ainsi qu'une participation à un pilote d'émission de télévision diffusée sur le net courant 2000 : Screen TV.

Tout en poursuivant une activité ponctuelle de pigiste dans la presse destinée aux adolescents, Pierre Bannier travaille actuellement à l'écriture de son premier roman.

Quatrième de couverture :

Avec 17 millions de volumes vendus dans le monde depuis 1961, la série enfantine Fantômette a marqué durablement plusieurs générations de lectrices. Mais au delà des 9.000 pages de la saga, c'est une véritable "microsociété" qui émerge pour le lecteur, un univers autonome avec ses caractéristiques et sa logique de fonctionnement propres.

Grâce à l'éclairage de l'auteur lui-même, Georges Chaulet, la genèse et les spécificités de cette microsociété sont ici analysées en détail et confrontées à la réalité des lecteurs, dans des dimensions aussi variées que la géographie, la famille ou le rapport aux institutions. Enfin, parce qu'une oeuvre ayant acquis le statut de classique est toujours vouée à être transposée sur de nouveaux médias, cette étude ne manque pas d'observer les nouvelles distorsions apparues entre l'univers de ces adaptations récentes et la microsociété d'origine.

Un mot de Pierre Bannier :

"Il n'est sans doute pas inutile d'expliquer que le livre paru aux éditions Lharmattan est en fait la deuxième version - le "reformattage" serait plus exact - d'un manuscrit finalisé en 1999 et plus laconiquement titré "Fantômette".

En effet, mon propos initial consistait plutôt en une nouvelle monographie consacrée à un héros de la littérature industrielle, le tout dans le cadre d'un plan de facture classique (genèse / étude des aventures, des personnages, de l'environnement, de la symbolique / le multimédia / les annexes).

Mais les contraintes du marché de l'édition m'ont imposé de revoir ma copie et de proposer une approche plus critique, en dégageant une problématique : quelles distorsions existent entre l'univers de Fantômette et le monde réel ?

Pour autant, l'exercice fut vertueux à plus d'un titre, en exigeant notamment de ma part de me faire violence et de laisser de côté le confort d'un légitimisme premier.

Le résultat ? Deux cents pages rassemblant les acquis de plus de dix-huit mois d'entrevues avec Georges Chaulet -le "papa" de Fantômette- mais aussi le résultat de plus de deux ans de lectures, d'investigations, de recoupements et d'analyses.

J'ose espérer que les "fantômettistes" sauront y retrouver le plaisir de leurs lectures de jadis agrémenté du recul et du point de vue du chercheur.

Longue vie à Fantômette."

 

   LAURENCE DECRÉAU


"Ces héros qui font lire", publié chez Hachette Education en 1994, dans la collection "Pédagogies pour demain - Didactiques 1er degré", est un ouvrage de pédagogie qui vise, et réussit, à démontrer que la littérature "populaire", et en particulier les séries de romans d'aventure mettant en scène un héros emblématique, contribuent largement à attirer les enfants vers la lecture.

Plus que jamais d'actualité, la question de l'entraînement à la lecture est parfaitement étudiée dans ce livre qui cite très largement les Bibliothèques Rose et Verte, et en particulier le modèle de Fantômette.

On ne saurait que saluer cet ouvrage qui redonne ses lettres de noblesses à la littérature romanesque, pourtant si souvent décriée par la critique.

L'auteur :

Laurence Decréau est agrégée de lettres classiques et titulaires d'un D.E.A. d'archéologie. Elle a enseigné en collège et lycée à Marseille, puis en banlieue parisienne. Elle a également dirigé la Bibliothèque Rose et la Bibliothèque Verte chez Hachette Jeunesse.

Quatrième de couverture :

Priorité à la lecture ! Au fil des ans et au fil d'enquêtes alarmantes en milieu scolaire, le message se fait de plus en plus pressant. Oui, mais comment faire ? La réponse suggérée par cet ouvrage est fort simple : en donnant à lire aux enfants ce qu'ils aiment, en bâtissant une pédagogie à partir de ces séries et de ces héros qu'ils se sont choisis. "L'Antiquité donnait le nom de pédagogues à ces esclaves qui, tâche modeste mais pourtant nécessaire, conduisaient les enfants du maître de maison jusqu'au maître d'école. Telle est la mission des héros de série, auxiliaire rêvés des enseignants et des parents : accompagner les apprentis lecteurs d'une présence aimée, fidèle... et temporaire."

 

   SYLVIE BÉRARD


Dans "Amours, Aventures et Mystères - ou les romans que l'on ne peut pas lâcher", ouvrage collectif sous la direction de Paul Bleton (éditions Nota Bene, Québec), Sylvie Bérard contribue à l'étude de la saga de Fantômette sous l'angle de la linguistique. Son article, "Les exploits linguistiques de Fantômette : le jeu de mots comme marqueur sériel", explique en détail les caractéristiques linguistiques et sémantiques de l'oeuvre de Monsieur Chaulet, de la métonymie des noms des personnages aux interprétations fantaisistes du vocabulaire par Ficelle.

Saluons cette étude passionnante et approfondie, tout en regrettant cependant que l'auteur commette quelques erreurs dans son étude documentaire de la série.

L'auteur :

Chargée de cours au département d'études littéraires de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), Sylvie Bérard a soutenu une thèse sur le discours de l'identité dans la science-fiction côté femmes. Parallèlement, elle est adjointe au directeur chez XYZ, responsable de la section "Théâtre" pour "Lettres québecoises". Elle a collaboré à des revues savantes, à des revues littéraires ainsi qu'à différentes publications collectives. Elle est la co-auteure de "Elle meurt à la fin", paru en 1993 chez PAJE éditeur.

Quatrième de couverture :

Ces amours, ces aventures et ces mystères annoncés dans le titre se retrouvent dans des séries comme les "Beresford" d'Agatha Christie, "Fantômette" de Georges Chaulet ou "Bob Morane" de Henri Vernes, dans des collections de guerre comme "Baround", "Feu" et "Gerfaut" ou dans la collection "Western" des Éditions du Masque et dans des genres comme le roman de la victime, le roman sentimental ou la littérature sérielle québécoise pour la jeunesse.

Que révèle sur la lectrice enjôlée et sur le lecteur captivé cette littérature bigarrée, multiforme et singulière, produite et consommée en série ? Que révèle-t-elle sur l'industrie culturelle du récit pour tous les âges ? Ou encore sur une tradition narrative datant des origines de la culture médiatique, avec le roman-feuilleton ? Finalement, que nous apprend cette littérature sur les sociétés qui lui accordent son succès ?

 
 

 

Ce site n'est pas un site officiel mais une page personnelle exclusivement informative, sans aucune visée commerciale.

Tous les textes cités, les images reproduites et les droits relatifs à Fantômette sont la propriété exclusive des Auteurs et des Éditions Hachette.

Les ouvrages de la série Fantômette sont soumis à la Loi n°49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.

fantômette fantomette mille pompons ! millepompons georges chaulet bibliothèque bibliotheque rose verte éditions editions hachette france loisirs le livre de paris casterman jeanne hives josette stéfani stefani philippe daure matthieu blanchin caribara claire lhermey anne hofer françois francois craenhals endry caribara ellipsanime julien magnat bloody mallory chastity blade femis kelly smith 31 juin films olivier assayas pyramide production productions pierre bannier microsociétés microsocietes  l'harmattan laurence decréau décreau décréau decreau françoise francoise ficelle boulotte mephisto méphisto oeil de lynx france flash mademoiselle bigoudi commissaire pomme le masque d'argent éric eric le furet alpaga bulldozer véra vera vérabova verabova söze soze framboisy littérature livre ouvrage roman bouquin aventure bande dessinée série serie télévisée televisee dessin animé anime animation cinéma cinema film enfants adolescents jeunes jeunesse aventurière justicière héros masqué héroïne masquée